Assemblée générale 2010

  RAPPORT D'ACTIVITE

     LAVAL

 24 octobre 2010

 

Chers amis,

« Un cop de maï »... non ce n'est pas du normand, c'est de l'occitan...

A Montpellier, dans mon languedoc natal.. « un cop de maï » : une fois de plus.

Oui, voici qu'une fois de plus, pour la troisième fois, je vais vous présenter le rapport d'activités de notre association... activités avec un S, oui au pluriel.

Comme les autres années, notre association vit à travers les réunions du conseil d'administration,

Elle vit aussi par l'activité du président, du secrétaire, du bureau en général.

Elle vit enfin par les informations que vous nous transmettez ou par celles que nous, conseil, bureau, avons à vous transmettre. Elle vit par cet échange réciproque.

Ce seront les trois axes de mon propos ce matin.

 

Premier axe : l'activité du conseil

 

Notre conseil d'administration s'est réuni trois fois depuis le congrès et l'assemblée générale qui se sont déroulés à Cambrai le 25 octobre 2009.

Première réunion le 25 octobre 2009 à Cambrai à l'issue de l'assemblée générale pour élire un nouveau bureau : je ne vous apprendrai donc pas que Jean Michel Bourdrel a été élu président, Jehanne Jacques et Georges Henri Duchêne ont été élus vice-présidents, votre serviteur a été élu secrétaire et Jean Pierre Doublet a été élu trésorier.

Deuxième réunion le 30 janvier 2010 au nouveau siège de l'association Notre Dame de Salut c'est-à-dire au 63  avenue Denfert Rochereau à Paris dans le XIVème arrondissement avec un ordre du jour très classique : le bilan du congrès de Cambrai, la préparation du congrès que nous vivons actuellement, les relations et la collaboration avec l'ANDDP, le site Internet, la rédaction des actes du congrès annuel et quelques propositions d'évolutions de notre association.

Pour ce qui est du congrès de Cambrai, chaque membre dit sa satisfaction d'avoir vécu ce congrès et exprime ce qu'il a ressenti....

Quelques annotations :

-         le congrès lui-même est important mais ce qui se passe « off » est aussi très important c'est à dire les contacts et les discussions entre nous;

-         le congrès a été quelque peu modifié, notamment les prises de parole, par l'intervention de Mgr Perrier qui est venu nous parler de l'opération « Siloé »;

-         le congrès est l'occasion de recherches d'informations surtout pour les petites hospitalités sans que le terme de »petite hospitalité » soit péjoratif;

-         Bref, un congrès chaleureux avec la présence paternelle de Mgr Garnier tout au long de nos journées, présence qui fut largement appréciée avec cette phrase qu'il nous a laissée (d'un père de l'Eglise flamande du XVIème siècle) et que plusieurs ont retenu : « Si tu es en extase et que ton frère vient te demander une tisane, va servir la tisane à ton frère. Le Dieu que tu vas servir est plus sûr que le Dieu que tu cherches ».

La préparation de notre congrès actuel  fut le deuxième thème abordé lors de cette réunion du conseil d'administration. Alain Baty, invité à cette réunion, nous présenta les grandes lignes du congrès que nous sommes en train de vivre: lieux, hébergements, finances, programme, etc.. De plus, Il fut décidé d'allonger la durée de notre congrès annuel en le débutant le vendredi matin avec des rencontres thématiques plus ciblées.

Le troisième thème qui était à l'ordre du jour de cette réunion était  les relations et la collaboration avec l'ANDDP. Notre président nous rappela que ces relations étaient cordiales depuis la présidence de Paul Passard et que l'on évoluait actuellement sur des points très précis. Jean Michel Bourdrel, Jean Pierre Doublet et Jehanne Jacques sont nommés pour participer à une commission qui collaborera avec l'ANDDP.

Puis, le conseil d'administration aborda la question, récurrente, du site Internet avec une discussion très ouverte sur la maintenance et le contenu du site.

Ensuite, on aborda la question de la rédaction des actes de notre congrès annuel : quatre propositions ont été acceptées par le conseil :

-         on abandonne le système qui existait,

-         on retranscrit les interventions écrites sous « Word » par les différents intervenants,

-         on ne retranscrit que les grandes lignes pour les interventions écrites manuellement,

-         c'est l'hospitalité organisatrice du congrès qui prend en charge le travail de rédaction  Le compte rendu étant proposé à 15 € sur papier ou consultable sur le site Interne.

Les questions diverses furent l'occasion d'aborder deux sujets :

1er sujet : les relations avec la Pastorale de la Santé : Notre président a rappelé que Michel Coisplet représente notre association auprès de cet organisme.

2ème sujet : la proposition d'évolution de notre association. Jean Jacques Labatut présenta au conseil diverses propositions pour apporter très pratiquement différents services aux présidents particulièrement aux nouveaux. Il est retenu par le conseil que deux thèmes feront l'objet de deux interventions au Congrès de Laval (celles-ci ont eu lieu vendredi matin) ...et ceci devra se renouveler à chaque congrès : des interventions précises sur des thèmes précis et très pratiques.

Une troisième réunion du conseil d'administration de notre association s'est déroulée avant hier matin, ici à Laval.

Trois questions principales étaient à l'ordre du jour :

D'abord, l'élection d'un vice président et d'un trésorier en application de l'article 15 de nos statuts car Jehanne Jacques, notre vice-présidente, a quitté la présidence de l'Hospitalité de Nancy, et Jean Pierre Doublet a, lui aussi, quitté la présidence de l'Hospitalité d'Orléans. C'est Mariette Mignard (Hospitalité de St Brieuc) qui a été élu vice-présidente et  Guy Faucheux (Hospitalité d'Evreux) qui a été élu trésorier.

Ensuite, nous avons parlé du ou des bilans de nos pèlerinages 2010, des bonnes choses ou des difficultés que nous avons rencontrées :

-         des transports en train ou en car,

-         des logements des hospitaliers,

-         du site Internet de notre association,

-         de la création d'une boîte à idées afin de les mutualiser.

Puis, nous avons décidé de créer des commissions très officielles :

-         une seule existait : celle des relations avec l'ANDDP (c'est Jean Michel Bourdrel qui en est le responsable

-         les autres commissions crées ex nihilo sont au nombre de cinq :

  1. l'hébergement : Mariette Mignard (Saint Brieuc), responsable.
  2. les transports : Georges-Henri Duchêne (Autun), responsable.
  3. les idées nouvelles : Catherine Poisson (Meaux), responsable.
  4. les jeunes : Jean-Pierre Doublet (Orléans), responsable.
  5. la formation, le recrutement: Jean-Jacques Labatut (Bordeaux), responsable.

Puis, le débat s'est axé sur les nouvelles positions de l'administration fiscale sur la qualification des dons à nos hospitalités 

Enfin, nous avons abordé quelques questions diverses et accessoires.

Voilà pour les trois réunions du conseil d'administration au cours de cet exercice 2009 – 2010.... Voilà pour le premier axe : l'activité du conseil d'administration.

 

  Deuxième axe : l'activité du bureau c'est à dire du président,
                            vice-présidents, secrétaire et du trésorier

 

Notre président, Jean Michel Bourdrel, a participé, en tant qu'invité, au congrès de l'ANDDP qui s'est déroulé fin  novembre 2009 à Sète, au bord de la Méditerranée.  J'étais moi-même présent à la messe d'ouverture et à la soirée de clôture. L'accueil y fut très chaleureux et permit de resserrer  les liens entre nos deux associations.

Notre président, jean Michel a participé également en décembre 2009 au Conseil de Pastorale des Sanctuaires où, comme son nom l'indique, on définit pour plusieurs années la Pastorale des Sanctuaires (par exemple le thème d'année).

Jean Michel et moi-même ont également participé à Lourdes le 11 février 2010 à une réunion organisée avec les responsables des sanctuaires et de l'ANDDP. Cette réunion avait pour thème : l'accueil et l'accompagnement des mineurs dans les pèlerinages. Quelques dispositions très pratiques sont sorties de cette réunion. Ces dispositions ont été rediscutées au cours d'une deuxième réunion qui s'est tenue en mai à Paris. Ces dispositions ont été résumées dans un message qui vous a été adressé par  courriel dans le courant de l'été.

De plus, au cours de ces réunions avec les responsables de l'ANDDP, il a été discuté les termes d'une lettre de mission que l'on a appelé « Fiche de poste » qui donnerait des indications précises sur les missions et les attributions respectives d'un président d’hospitalité et d'un directeur de pèlerinage : le but, c'est la clarification et la prévention des dysfonctionnements entre ces deux responsabilités. Un projet de « fiche de poste » a été transmis à la Conférence épiscopale. Comme l'Eglise a l'éternité devant elle, aucune réponse de la Conférence épiscopale n'a été reçue à ce jour.

L'opération « Siloé » a mobilisé notre président et notre trésorier qui ont participé à trois réunions, l'une à Lourdes en février, l'autre à Paris en avril, la dernière à Lourdes en juillet.

J'ai participé également à la Biennale des jeunes hospitaliers qui s'est tenue à Bayonne pour la fête de Pentecôte c'est à dire les 22, 23 et 24 mai 2010. J'avais été mandaté par notre conseil d'administration pour représenter officiellement notre association. Je vous en dirai un mot en conclusion de mon rapport.

                        Depuis quelques années, notre association est devenue partenaire incontournable des composantes consultatives et permanentes des Sanctuaires. Notre association est donc membre de la commission du calendrier des sanctuaires de Lourdes. Votre serviteur a donc participé, en juin 2010, à la maison des chapelains à Lourdes, aux réunions de la commission du calendrier pour commencer à mettre au point le calendrier des pèlerinages pour 2012.

Je voudrais insister devant vous ce matin, comme l'an dernier, sur les difficultés très importantes que rencontre cette commission dans l'élaboration des calendriers annuels des pèlerinages :            bien sûr, nous présidents d 'hospitalités, ne sommes pas concernés directement par l'élaboration du calendrier, ce sont nos directeurs de pèlerinages qui proposent chaque année trois dates aux sanctuaires, ce sont nos directeurs de pèlerinages qui reçoivent ensuite quelle date est retenue par la commission du calendrier...mais sachez que la commission du calendrier se heurte à d'énormes difficultés et à des contraintes :

1ère difficulté : les contraintes liées au calendrier SNCF : jours interdits Corail, jours interdits TGV, jours à supplément tarifaire et ils sont nombreux l'été c'est à dire au plus fort de la saison des pèlerinages.

2ème contrainte : les matériels alloués par la SNCF en tant que trains de pèlerinage : ils ne sont loin d'être en nombre suffisant.

3ème contrainte : les places dans les accueils qui ne sont pas extensibles.

Conclusion et je vous l'ai déjà dit l'an dernier mais je le répète car c'est très important : il faut discuter, rediscuter, échanger, reéchanger pour arriver à des dates qui vont à tout le monde : une fois il n'y a pas de rame corail, une autre fois la rame TGV est à l'autre bout de la France, une autre fois la date est interdite, une autre fois un supplément tarifaire est demandé, une autre fois il manque 100 lits dans les accueils...

Bref, c'est un imbroglio, un vrai casse tête, et il y a des périodes ou les discussions et les recherches durent une demi-journée pour trouver une solution pour seulement 2 pèlerinages.

Enfin, Jean Michel et moi-même, avons participé fin juillet à Paris au siège de l'Ordre de Malte, à une rencontre initiée par Francis Dehaine, alors encore directeur général des sanctuaires, sur le badge intelligent. Participaient à cette réunion, nous-mêmes pour notre association, les responsables de l'ANDDP, Francis Dehaine évidemment et quelques responsables de gros pèlerinages. C'était une réunion informelle où les responsables des entreprises qui proposent ce badge intelligent nous ont présenté ce produit, avec ses qualités et ses défauts.

Voilà pour l'activité spécifique des membres du bureau.

 

Troisième axe : l'échange réciproque.

 

Et là, je dois vous mentionner plusieurs choses.

La première, c'est l'activité que vous avez entre vous, dans vos régions respectives, vos rencontres inter hospitalités, vos réunions de présidents, avec ou sans intervenants extérieurs.

Je vous l'avais déjà signalé l'an dernier : le conseil d'administration tient énormément et accorde beaucoup d'importance à ces rencontres souvent informelles et amicales. Car c'est là que se construit très pratiquement et sans bruit notre service auprès des personnes malades ou handicapées : le bien ne fait pas de bruit.

C'est par une collaboration réelle, amicale que l'on peut faire avancer les choses et c'est le but de notre association : mutualiser nos expériences, se rendre service entre nous pour avancer, pour partager nos efforts et nos recherches avec un souci de complémentarité... notamment en ce qui concerne l'entraide mutuelle, la prise en charge médicale, le fonctionnement des services...c'est l'article 1er de nos statuts qui dit tout cela.

A chaque réunion du conseil d'administration, nous le répétons : c'est dans les provinces que doit se faire un travail de collaboration et d'entraide mutuelle.

Il y a des provinces où les rencontres sont prévues, organisées et c'est très bien.  Différentes formes sont possibles : chaque province a son histoire, ses traditions.

Il y a des provinces qui ne vivent pas grand chose ou rien entre elles, qui n'ont aucun contact ou très peu de contacts... et c'est dommage. Rappelons-nous qu'à l'avenir, il nous faudra peut-être travailler avec d'autres hospitalités, nos voisines, pour mettre sur pied un pèlerinage.

Je voudrais vous donner l'expérience que j'ai vécue le 29 mai dernier où j'ai été invité par Jean Michel Puget, le président de l'Hospitalité de Toulouse à une réunion des présidents et de leurs principaux collaborateurs de la province de Toulouse. Le thème de la journée :  « Entrer dans la prière, dans nos hospitalités, compte tenu de la diversité des cheminements de chacun... ». Deux temps dans cette journée : le matin une intervention de Mgr Le Gall, archevêque de Toulouse, sur le thème choisi, puis a suivi un partage de nos différentes expériences en la matière; l'après midi, une discussion sur des informations pratiques en vue des pèlerinages de l'été.

Bref, une rencontre en tous points positive où l'amitié entre les présidents encourage le travail, notre travail et le service, notre service.

Je suis sûr que beaucoup d'entre vous pourraient raconter et nous faire part d'expériences similaires.

Ensuite, je voudrais vous dire que l'échange réciproque passe aussi par la tenue de notre fichier. Vous l'avez souvent entendu dans la bouche de mon prédécesseur à ce poste de secrétaire général et c'est la troisième fois que vous l'entendrez de la mienne : une association n'est pas une association si elle ne connait pas le nom et l'adresse de ses membres.

Si notre échange ne comporte même pas l'information sur les changements de titulaires, est-ce qu'il y a vraiment  volonté d'adhérer à notre association ?

Il faut beaucoup de patience pour arriver à avoir un fichier à jour.  Donc, n'oubliez pas  de communiquer au secrétaire que je suis les changements de présidents, les décès des membres qu'ils soient actifs ou honoraires.

Je vous demande de me faire parvenir la demande écrite d'adhésion du nouveau président prévue expressément à l'article 7 de nos statuts.

Je vous demande de me faire parvenir la position du président sortant, sa demande d'honorariat si il remplit les conditions et si il le désire expressément.

Sachez que nous sommes une association et que l'adhésion du président est libre, elle n'est pas automatique. Ce n'est pas compliqué: le changement peut être fait par lettre, par fax, par courriel...

Je vous l'avais déjà signalé à Valpré et à Cambrai : je vous ai préparé une fiche à remplir que vous pourrez vous procurer tout à l'heure (il y a des exemplaires pour tout le monde). Je vous demande de me la retourner dès la connaissance du changement concernant un président actif ou un membre honoraire.

Un troisième point qui a occupé les mois de septembre et d'octobre a été évidemment la lettre qu'ont reçue certaines hospitalités sur la fin du régime des reçus fiscaux, l'administration considérant que nos hospitalités ne sont pas d'intérêt général  au sens de l'article 200 du Code général des impôts.

De nombreux courriels ont été échangés entre nous. Je ne citerai ce point que pour  montrer qu'Internet a énormément facilité nos échanges. Je ne reviendrai pas ce matin sur le fond du problème qui a déjà été largement évoqué tout au long de ce congrès.

Enfin, je voudrais insister devant vous ce matin sur la participation de nos jeunes hospitaliers à la Biennale des hospitaliers qui a lieu, comme son nom l'indique, chaque deux ans. Cette année c'était à Bayonne, en 2012, ce sera à Bourges.

D'abord des chiffres :

-         19 hospitalités étaient présentes à Bayonne avec 68 participants;

-         31 hospitalités ont fait un don à l'hospitalité basco-béarnaise chargée de l'organisation.

Ensuite un constat : les chiffres sont très faibles : sur une centaine d'hospitalités, même pas 1/5 d'hospitalités présentes.

Enfin,  plusieurs réflexions :

-         peut-être la date de cette biennale n'est pas très bien choisie : Pentecôte n'est pas loin des examens...

-         peut-être Bayonne était trop excentrée par rapport au reste de la France, de la Suisse ou de la Belgique...

-         une constatation : les absents ont eu vraiment tort. Je sais qu'il n'est pas facile de mobiliser nos jeunes hors pèlerinages mais je sais aussi que nos jeunes aiment se retrouver entre eux pour vivre des moments forts en partageant leur foi... et la biennale est une occasion unique de partager cette foi et cette expérience du service aux plus souffrants de notre société.

      En bref, un message à ancrer dans nos hospitalités : la biennale des jeunes hospitaliers, ce devrait être un moment fort dans la vie de chacune de nos hospitalités.   N'oublions pas, et c'est une Lapalissade, que nos hospitalités vivront si des jeunes prennent notre relève.... et pour qu'ils aient l'intention de prendre notre relève, il faut qu'ils soient motivés. La biennale peut aider nos jeunes dans cette motivation; la biennale peut susciter des vocations d'hospitaliers; la biennale peut affermir une motivation chancelante... ayons donc à cœur de soutenir cette rencontre et de la proposer à nos jeunes.

      Si nous sommes président depuis quelques années, si nous commençons à en avoir assez des coups de téléphone à toutes les heures, des réunions le soir ou le week-end, des problèmes de trains, de cars, d'hôtels.......et j'en passe... pensons à ces jeunes qui sont ancrés dans nos hospitalités, donnons du tonus et un maximum de chances à ces garçons, à ces filles, à ces jeunes couples à qui nous faisons confiance, à qui nous donnons des responsabilités pour qu'ils nous succèdent le jour venu.

Au delà de nos problèmes quotidiens, au delà des difficultés que nous rencontrons tous les jours dans notre responsabilité au service des malades et des hospitaliers, je finirai par une réflexion très simple, peut-être basique, en tout cas fondamentale : une réflexion que j'ai essayé de faire partager cet été à Lourdes à tous les hospitaliers de mon diocèse.

Cette réflexion : distinguer l'essentiel de l'accessoire.

En ces temps de manque total de transcendance et de misère spirituelle,

En ces temps où l'Evangile est le grand inconnu quand il n'est pas méprisé,

En ces temps où le matériel et l'argent semblent les rois de notre société,

En ces temps où le paraître et les médias triomphent,

            Nous, hospitaliers,

Essayons d'être des lumières dans ce monde éteint,

Essayons de ne pas oublier l'essentiel,

Revenons à l'essentiel... oui aux fondamentaux de notre foi et de notre Eglise.

Vivons une spiritualité ancrée dans l'humilité,

             une spiritualité approfondie par notre prière personnelle,

                        une spiritualité centrée sur l'Eucharistie et la messe dominicale.

Alors, avec l'aide maternelle de Notre Dame, nous pourrons nous engager plus avant dans notre vie d'hospitalier, nous pourrons plus facilement faire face à nos responsabilités dans notre service de président d'hospitalité.

Oui, toi qui m'écoutes ce matin...

bien au delà de l'activité de notre association,

dans tes responsabilités de président d'hospitalité,

dans ton quotidien et la réalité de tes jours,

l'accessoire, c'est quoi ?

l'essentiel, c'est quoi ? 

 

La vie n'est pas dans l'accessoire,

La vie, c'est l'incessante marche vers l'essentiel,

L'Essentiel du matin de Pâques.

 

 

 

                                                                                        Guy Carayon

                                                                                          secrétaire de l'APHF

 

 

 

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site